Dans le rapport « Activité de soins au sein des établissements psychiatriques», nous souhaitons vous donner un aperçu d’un certain nombre de chiffres clés concernant le fonctionnement des hôpitaux psychiatriques (HP) et des services psychiatriques dans les hôpitaux généraux (SPHG) pour l’année 2019[1].

Vous pouvez consulter les données au format Excel, ou vous pouvez consulter une infographie contenant des chiffres clé.

Vous constaterez que le nombre de nouveaux séjours dans les SPHG est très similaire (52% contre 48%) au nombre de nouveaux séjours dans les HP pour l’année 2019. En d’autres termes, les SPHG sont un maillon important dans l’offre de soins de santé mentale résidentiels.

Par ailleurs, nous constatons qu’en 2019, 16 % des séjours étaient des hospitalisations partielles (contre 15% en 2018), lors desquelles le patient reste soit pendant la nuit, soit pendant la journée dans l’établissement. Ce type d’hospitalisation à temps partiel permet de socialiser les soins de santé mentale. Cette socialisation est l’un des principaux objectifs de la réforme des soins de santé mentale en Belgique. En effet, cette réforme vise à garantir aux personnes souffrant de problèmes psychiques de rester autant que possible en contact avec leur vie quotidienne, ce qui facilite leur intégration dans la société après un traitement. Un moyen d’y parvenir est d’offrir des soins mobiles et des hospitalisations partielles, et de limiter les admissions dans le temps.

On constate que le nombre de nouveaux séjours à temps plein dans les hôpitaux psychiatriques bruxellois est inférieur à celui des autres régions (2,09 par 1.000 habitants, contre une moyenne nationale de 3,93/1000). En revanche, le nombre de nouveaux séjours à temps plein dans les SPHG est supérieur à Bruxelles que dans les autres régions (5,84/1000 contre 4,31/1000 en Belgique). Cela peut s'expliquer par le fait que l'offre en SPHG est plus élevée dans la Région de Bruxelles-Capitale par rapport à la population dans les autres régions. Si l'on observe le nombre de séjours à temps plein pour 1.000 habitants dans les HP et les SPHG, le nombre de séjours est comparable au nombre de séjours en Belgique (7,93/1.000 contre 8,24/1.000 en Belgique).

La différence dans le nombre de séjours entre les hommes et les femmes est relativement faible. Néanmoins, nous pouvons observer que chez les femmes, la fréquence la plus élevée se situe dans la catégorie d’âge de 50 à 54 ans, contre 35 à 39 ans pour les hommes.

Enfin, nous observons que le nombre de séjours hospitaliers partiels a augmenté de 66% durant les 10 dernières années. Au niveau des admissions à l'hôpital à temps plein, on observe une légère augmentation au cours des dix dernières années. On constate une évolution de 9,44% entre 2010 et 2019.

Vous pouvez trouver des rapports plus anciens dans ces archives.

 
 

[1] Dans l’aperçu des établissements, vous pouvez observer que certains établissements font partie d’une fusion hospitalière. Ces établissements ont le même numéro d’agrément. Le siège administratif de cette fusion est indiqué comme « site principal », les autres établissements comme « site secondaire ». Les hôpitaux « à caractère universitaire » disposent d’un certain nombre de lits universitaires. Dans les « hôpitaux universitaires », plus de la moitié des lits ont le statut de lit universitaire.

Contact information

SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement
Direction Générale des Soins de Santé
Service Data et Information Stratégique

info.rpmpg@health.fgov.be