La liste des allergènes principaux

Quatorze substances sont reprises dans la liste des allergènes principaux, responsables des allergies ou intolérances alimentaires les plus importantes :

  • 1. Céréales contenant du gluten, à savoir blé (comme épeautre et blé de Khorasan), seigle, orge, avoine ou leurs souches hybridées, et produits à base de ces céréales, à l’exception des:

    a) sirops de glucose à base de blé, y compris le dextrose ;
    b) maltodextrines à base de blé ;
    c) sirops de glucose à base d’orge ;
    d) céréales utilisées pour la fabrication de distillats alcooliques, y compris d’alcool éthylique d’origine agricole.
     

  • 2. Crustacés et produits à base de crustacés.
     
  • 3. Œufs et produits à base d’œufs.
     
  • 4. Poissons et produits à base de poissons, à l’exception de:

a) la gélatine de poisson utilisée comme support pour les préparations de vitamines ou de caroténoïdes ;
b) la gélatine de poisson ou de l’ichtyocolle utilisée comme agent de clarification dans la bière et le vin.

  • 5. Arachides et produits à base d’arachides.
     
  • 6. Soja et produits à base de soja, à l’exception:

a) de l’huile et de la graisse de soja entièrement raffinées ;
b) des tocophérols mixtes naturels (E306), du D-alpha-tocophérol naturel, de l’acétate de D-alpha-tocophéryl naturel et du succinate de D-alpha-tocophéryl naturel dérivés du soja ;
c) des phytostérols et esters de phytostérol dérivés d’huiles végétales de soja ;
d) de l’ester de stanol végétal produit à partir de stérols dérivés d’huiles végétales de soja.

  • 7. Lait et produits à base de lait (y compris le lactose), à l’exception:

a) du lactosérum utilisé pour la fabrication de distillats alcooliques, y compris d’alcool éthylique d’origine agricole;
b) du lactitol.

  • 8. Fruits à coque, à savoir: amandes, noisettes, noix, noix de cajou, noix de pécan, noix du Brésil, pistaches, noix de Macadamia ou du Queensland, et produits à base de ces fruits, à l’exception des fruits à coque utilisés pour la fabrication de distillats alcooliques, y compris d’alcool éthylique d’origine agricole.
     
  • 9. Céleri et produits à base de céleri.
     
  • 10. Moutarde et produits à base de moutarde.
     
  • 11. Graines de sésame et produits à base de graines de sésame.
     
  • 12. Anhydride sulfureux et sulfites en concentrations de plus de 10 mg/kg ou 10 mg/litre en termes de SO2 total pour les produits proposés prêts à consommer ou reconstitués conformément aux instructions du fabricant.
     
  • 13. Lupin et produits à base de lupin.
     
  • 14. Mollusques et produits à base de mollusques.

Ces allergènes doivent toujours être déclarés lorsqu'ils sont utilisés dans la production d'une denrée alimentaire et qu'ils sont toujours présents dans le produit fini, même sous une forme modifiée.

Ils doivent être déclarés quelle que soit la dose utilisée, sauf pour les sulfites pour lesquels il existe un seuil de déclaration (10 mg/kg ou 10 mg/l).

 

Denrées alimentaires préemballées : (Article 21 & Annexe II)

Les allergènes doivent être mentionnés dans la liste des ingrédients.

NOUVEAU : Le nom de l’allergène doit par ailleurs être mis en évidence de manière à se distinguer clairement du reste de la liste des ingrédients, par exemple en les inscrivant en gras, en couleur ou en majuscules.

Lorsque l’étiquette ne comprend pas de liste d’ingrédients, on utilise alors la mention « contient » suivie des allergènes.

L’indication des allergènes n’est pas requise lorsque la dénomination de la denrée alimentaire fait clairement référence au nom de l’’allergène’ concerné (ex : ‘arachides grillées’).

Pour plus d’information, veuillez consulter notre brochure à ce sujet :

Règles et conseils pour la déclaration des substances ou produits provoquant des allergies et intolérances dans les denrées alimentaires préemballées

 

Denrées alimentaires non préemballées : (Article 44)

NOUVEAU :

Pour les denrées alimentaires non-préemballées, seule la déclaration des ‘allergènes’ devient obligatoire. Les modalités pratiques selon lesquelles cette information doit être délivrée aux consommateurs sont détaillées dans l’Arrêté royal du 17 juillet 2014 fixant les dispositions en matière de déclaration de certaines substances ou certains produits provoquant des allergies ou intolérances pour les denrées alimentaires non-préemballées.

Il est stipulé dans cet arrêté que l’information sur les allergènes peut aussi bien être communiquée oralement que par écrit. Dans les deux cas, une série de critères doivent être respectés pour faire en sorte que le client ait accès à tout moment à une information correcte et complète.

Lorsque l’information est communiquée oralement, il faut notamment qu’un membre du personnel de l’établissement soit présent en permanence pour informer le consommateur. Si ce n’est pas le cas – comme par exemple dans le libre-service où un vendeur n’est pas présent à proximité – l’information sur les allergènes doit alors être disponible par écrit. Cela peut se faire soit en affichant l’information de manière clairement apparente, ou en indiquant au consommateur l’endroit où il pourra obtenir la bonne information (par exemple un registre disponible sur le comptoir).

Ces dispositions s’appliquent à tous les établissements qui délivrent des aliments non préemballés, tels que les boulangeries, boucheries, supermarchés, restaurants, hôtels, cantines d’écoles ou d’entreprises, …

L’objectif de ces règles est de s’assurer que les consommateurs auront toujours et partout accès à l’information sur les allergènes qui peuvent être présents dans les aliments qu’ils achètent.

Vous trouverez plus d’informations concernant les différentes dispositions dans ce document.

Pour plus d’information sur les allergies alimentaires, veuillez consulter notre rubrique spécifique