Chaque jour nous profitons gratuitement des services rendus par la nature (dit ‘services écosystémiques’). Pourtant nos modes actuels de consommation et de production sont responsables de l’épuisement de nos ressources naturelles et de la biodiversité, essentielle pour la pérennité des services écosystémiques. Préserver la biodiversité, c’est bien plus que protéger et conserver la nature. C’est aussi veiller à utiliser de manière durable nos écosystèmes. Afin de remédier à cette situation, produire et consommer de façon à la fois durable (sans compromettre l’avenir des générations futures) et équitable (dans le respect de tous) est un enjeu majeur.

Quelles sont les interactions entre nos modes de consommation, de production, la biodiversité et les services rendus par la nature ? Que faire pour optimiser le marché grâce à la biodiversité tout en la préservant ?

Ces quelques questions ont été abordées dans le cadre de 2 études et lors du colloque « Quel(s) marché(s) pour la biodiversité ?», organisé par le SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, le 10 décembre 2013.

Ces deux études fédérales ont été menées dans le cadre du « Plan Fédéral 2009 – 2013 pour l’intégration de la biodiversité dans 4 secteurs fédéraux clés » et dans le cadre de la politique fédérale et internationale en ce qui concerne la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles.

La première intitulée : « Modes de consommation et biodiversité : Comportement des consommateurs » montre comment le gouvernement fédéral peut favoriser la biodiversité, les écosystèmes et les services écosystémiques, en adoptant des mesures visant à modifier la demande de biens et de services pour les consommateurs et citoyens.

La seconde étude, titrée : « Transition économique : Des modes de consommation et de production : Inciter les acteurs clés du marché à intégrer  la biodiversité », a pour objectif d’encourager les acteurs du marché, en particulier les entreprises et les fédérations de secteurs, à proposer des modèles de consommation et de production durable et à tenir compte du potentiel de l’utilisation durable de la biodiversité pour un gain économique, social, et environnemental. Cette étude propose une liste d’instruments pouvant être supportés par le gouvernement fédéral.

Lors du colloque, trois thèmes illustrés par des études de cas ont été abordés et illustrés par les fiches thématiques ci-dessous :
Les huiles végétales
Les produits biosourcés
Les substances naturelles
Les interactions entre chacun de ces sujets et les banques et les assurances sont décrites dans la fiche correspondante.

Vous trouverez ci-dessous les résultats de cette journée:
 conclusions du colloque
 compte-rendu des ateliers de discussion