Il y a une filiation évidente entre les textes des conventions internationales, ceux des stratégies européennes et les mesures prises par les autorités publiques environnementales pour mettre en œuvre les engagements contractés devant les organisations internationales et l’Union européenne.

L'expression convention internationale est utilisée en droit international pour décrire des déclarations formelles de principes qui n'ont au départ pas de force obligatoire. Ces conventions doivent généralement être ratifiées par des Etats pour obtenir une force obligatoire et ainsi devenir de véritables traités internationaux.

Les organismes internationaux tels les Nations unies sont coutumiers de ce genre de textes. Ainsi, la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et la convention des Nations unies sur la diversité biologique, issues de la Conférence de Rio de 1992, ont posé les bases de la plupart des politiques qui ont été menées dans ces domaines jusqu’à nos jours.

Avec le Traité sur l’Union de 1992, l'environnement est devenu une politique communautaire. Cette date marque un passage vers une action plus horizontale, globale et volontariste de l’Union européenne. La feuille de route intitulée « Une Europe efficace dans l’utilisation des ressources » qui regroupe plusieurs stratégies dont la « Stratégie 2020 Biodiversité » en est un bel exemple et traduit bien cette évolution. 

Les mesures prises par l’Etat fédéral en réponse aux initiatives internationales et européennes sont présentées dans les rubriques suivantes:

- droits du citoyen,
milieu marin,
Antarctique,
biodiversité,
changements climatiques,
substances chimiques.