Notre prospérité économique et notre bien-être dépendent de la biodiversité. La biodiversité et les écosystèmes nous procurent de nombreux biens et services essentiels (dits services éco-systémiques) : des sols fertiles aux mers et terres productives, de l’eau douce et de l’air pur, la pollinisation, la lutte contre les crues et la régulation du climat.

Nombre de ces services éco-systémiques sont utilisés comme si leur source était inépuisable. Ils sont traités comme des marchandises «gratuites». Leur valeur (notamment économique) n’est pas suffisamment prise en compte. Ils continuent donc à être surexploités ou pollués, ce qui menace notre avenir à long terme et notre résistance aux chocs environnementaux.

Au cours des cinquante dernières années, 60 % des services écosystémiques de la planète ont été dégradés.

Dans l’Union européenne, 88 % des stocks de poissons sont exploités au-delà de leur rendement maximal durable et seuls 11 % des écosystèmes protégés sont dans un état satisfaisant.

Afin d’assurer la fourniture à long terme de ces biens et services écosystémiques, nous devons utiliser durablement et valoriser correctement notre patrimoine naturel.