La Belgique est un pays où il est capital de se concerter si l'on veut traiter les questions environnementales de manière cohérente. Le Comité de concertation, qui permet de mener cette concertation lorsque les gouvernements régionaux et le gouvernement fédéral doivent trancher ensemble certains problèmes politiques, a dès lors institué la Conférence interministérielle de l'environnement (CIE). Des décisions environnementales peuvent y être prises en concertation avec les membres concernés du gouvernement fédéral et des gouvernements régionaux. Lorsque les questions qui y sont traitées dépassent la sphère de l'environnement, les ministres ayant les domaines en question dans leurs attributions y sont également invités.

La Conférence interministérielle de l'environnement (CIE) se compose des ministres régionaux et fédéraux qui ont l'environnement et la nature dans leurs attributions. Son secrétariat est assuré par le secrétariat du CCPIE de la direction générale de l’environnement du SPF Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement. Quant à sa présidence, elle est assurée à tour de rôle par les 3 Régions et l'État fédéral.

La Conférence interministérielle de l'environnement prend des décisions dans les dossiers nécessitant une décision conjointe. La loi spéciale du 8 août 1980 sur les réformes institutionnelles impose les thèmes spécifiques. Ainsi l'État fédéral doit associer les Régions à l'établissement de normes de produits (article 6, § 4, 1°). Les Régions doivent aussi se concerter, par exemple, à propos des forêts qui couvrent plusieurs régions ou au sujet des dates d'ouverture de la chasse.

Pour les décisions portant sur des questions qui touchent également à d'autres domaines de compétence, la Conférence interministérielle de l'Environnement (CIE) est élargie aux membres du gouvernement fédéral, des gouvernements régionaux ou communautaires concernés.
Dans deux cas, la composition de la CIE est définie dans un accord de coopération:
• la Conférence interministérielle de l'Environnement, élargie au Climat, dont font partie, entre autres, les ministres de l'Énergie, des Transports, de la Fiscalité, de la Coopération au développement et de l'Économie (cf. "Accord de coopération sur le climat" relatif à l'établissement, l'exécution et le suivi d'un Plan national Climat, ainsi qu’à l'établissement de rapports, dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques (Moniteur belge du 27 juin 2003);
• la Conférence interministérielle de l'Environnement, élargie à REACH (cf. "Accord de coopération REACH" relatif à l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques ainsi qu'aux restrictions applicables à ces substances (Moniteur belge du 14 mars 2012).