PermaFungi figure parmi les douze lauréats sélectionnés dans le cadre du premier appel à projet "BELGIUM BUILDS BACK CIRCULAR" (BBBC) dédié à l'économie circulaire. En développant des techniques innovantes inspirées par la nature, la coopérative se distingue dans la catégorie biomimétisme. Précurseurs de l’agriculture urbaine souterraine à Bruxelles, ils transforment le monde grâce aux champignons !  

Du marc de café aux champignons 

Depuis 2013, PermaFungi, une coopérative à vocation sociale, transforme une idée novatrice en une véritable aventure pour recréer des liens entre la ville et la nature. Le projet rassemble trois objectifs principaux : le recyclage de déchets, une production locale et la création d’emplois.  

À l'origine, l'équipe eu l'idée de récupérer le marc de café des restaurants de la capitale belge pour en faire un substrat idéal pour la culture des pleurotes, avec la volonté de transformer le surplus de déchets urbains en une nouvelle matière.  Julien Jacquet, CEO, explique : « L’objectif est de ramener un déchet de la ville, de le descendre dans la cave et de le remonter sous forme de champignon. C’est exactement ce que fait la nature, ce qui se trouve au sol descend au sous-sol, et le mycélium le transforme naturellement. » 

L’équipe souhaite également répondre au taux de chômage élevé chez les jeunes et au manque d'opportunités dans les domaines manuels. C’est pourquoi la coopérative s'engage à créer des emplois grâce à une production locale dans la région bruxelloise. Par ailleurs, PermaFungi innove en matière de gestion avec son approche participative : chaque employé participe à la définition de son rôle et de ses missions.  
 

Des pleurotes comme alternative aux plastiques 

PermaFungi étend son impact à travers l’ambitieux projet "Permateria". Axée sur  le développement de myco-matériaux, cette initiative a pour objectif de recycler les résidus issus de la culture des pleurotes (champost) en matériaux durables et biodégradables grâce à l'action naturelle du mycélium de champignon. Ainsi, elle crée  des matériaux pouvant rivaliser avec le plastique. Ce matériau génère dix fois moins de dioxyde de carbone (CO2) et consomme environ huit fois moins d'énergie que  la production de mousse de polystyrène. D'ici la fin de l’année 2024, PermaFungi prévoit de produire 2000 m² de myco-matériaux naturels depuis son nouveau site à Forest, recyclant ainsi mensuellement 10 tonnes de déchets urbains.   
                                                                                    

En adoptant les principes du biomimétisme, la coopérative transforme les déchets en point de départ d'un nouveau cycle de production. PermaFungi élimine les notions de déchets, de pétrochimie, de délocalisation et de surproduction afin de mettre fin aux approches linéaires de consommation des ressources.  

Consultez le site www.permafungi.be pour découvrir davantage sur leur projet.