Le trafic motorisé a énormément augmenté ces dernières décennies, ce qui se traduit par des niveaux sonores plus élevés à proximité des routes existantes. On peut dès lors considérer que le trafic routier est probablement l'une des sources les plus importantes de nuisances sonores. Selon l'Organisation mondiale de la santé, la population globale de l'Europe occidentale perd chaque année au moins 1 million d'années de vie en bonne santé en raison de la pollution sonore due au trafic routier. La manière la plus efficace de s'attaquer aux nuisances sonores est de les limiter à la source.

Limitations du bruit à la source

Le bruit produit par un véhicule automoteur est une combinaison de bruit de moteur et de bruit de roulement. À vitesse plus élevée, le bruit de roulement est la principale source de bruit. Pour les voitures personnelles, le bruit de roulement prédomine sur le bruit du moteur à partir d'une vitesse supérieure à 30 km/h. Pour les camions, ce moment charnière se situe aux alentours de 50 km/h.

Au niveau européen, des limites ont été imposées tant au bruit des moteurs de véhicules qu'au bruit de roulement. Le bruit de roulement est déterminé par la qualité du revêtement routier et des pneus de voitures. Des pneumatiques plus silencieux sont une des possibilités pour limiter le bruit à la source.

Pneumatiques silencieux

Dans le règlement 661/2009, l'Union européenne impose des normes plus strictes en matière de production de bruit maximale des pneumatiques. En 2016 au plus tard, tous les nouveaux pneumatiques devront y satisfaire. Cela fera baisser à long terme la production de bruit par le trafic routier. Le SPF Mobilité et Transports est responsable de la mise en œuvre de ce règlement.

Depuis novembre 2012, un nouveau règlement (règlement 1222/2009) sur l'étiquetage des pneumatiques est en vigueur et indique entre autres l'émission sonore des pneumatiques. Le SPF Santé publique contrôle si les fabricants et les distributeurs effectuent correctement les essais et l'étiquetage.

L’étiquetage des pneumatiques fournit des informations sur trois propriétés importantes des pneus de voitures : la résistance au roulement, l’adhérence sur sol mouillé et le bruit de roulement. Sept classes sont prévues, de A (excellent) à G (mauvais), comparable à l'étiquetage énergétique des réfrigérateurs et des lave-linge.

EC_tyre_label_web_rgb_S- La résistance au roulement

La résistance du pneumatique au roulement influence la consommation de carburant de la voiture.  La cause de la résistance au roulement se trouve dans une déformation du pneumatique lors du roulement. Étant donné que les pneumatiques se déforment sous l'effet du poids de la voiture, le moteur doit fournir une plus grande quantité d'énergie pour compenser cette  déformation.

- L'adhérence sur sol mouillé

Il s'agit d'un critère de sécurité important. Lors de l'essai, on mesure la distance de freinage dont la voiture a besoin sous une pluie constante et sur de l'asphalte ou du béton pour passer de 80 à 20 km/h.

 

- Le bruit de roulement du pneumatique

Le bruit de roulement est mesurée lorsque une voiture roule à 80 km/h, le moteur éteint. Les résultats sont exprimés en décibel et par un symbole pour la classe de bruit : moins il y a d'ondes noires, plus le pneumatique est silencieux.
 

3-geluidUn pneumatique avec trois ondes noires répond aux valeurs limites actuelles pour le bruit de roulement. À partir de 2019, plus aucun pneumatique de cette catégorie de bruit ne pourra être vendu ou mis en service.

2-geluidUn pneumatique avec deux ondes noires produit un bruit allant jusqu'à 3 dB(A) en dessous des nouvelles limites d'émission sonore instaurées par le règlement 661/2009.
 

1-geluidUn pneumatique de cette catégorie de bruit produit un bruit supérieur à 3 dB(A) en dessous des nouvelles limites d'émission sonore instaurées par le règlement 661/2009.

 

La différence entre les catégories de bruit avec 1 et 3 ondes noires est donc de 3 dB(A) et plus. Soit une réduction de moitié des émissions sonores.