Les rapports ci-dessous sur la prévalence des pathologies présentent un certain nombre de chiffres clés concernant les principales pathologies qui ont été enregistrées comme principal diagnostic sur l’axe 1 dans les hôpitaux psychiatriques (HP) et dans les services psychiatriques des hôpitaux généraux (SPHG) en 2018.

On constate que dans les deux types d’établissements pour près d’un tiers des séjours, la raison la plus fréquente de l’admission est liée à une dépendance à l’alcool (cf. onglet Détail_top10). Le fait que la dépendance à l’alcool soit fortement représentée dans ces établissements souligne l’importance capitale des campagnes de prévention, de détection précoce et de début de traitement en temps utile de cette problématique. En outre, on observe dans les SPHG que les deuxième et troisième diagnostics principaux (détaillés) les plus fréquents concernent respectivement les troubles dépressifs NOS (13 %) et les troubles de l’adaptation avec sentiments dépressifs (11,22 %). Dans les HP, les deuxième et troisième diagnostics principaux détaillés concernent les troubles psychotiques NOS (16,62 %) et la schizophrénie de type paranoïde (12,64 %). Dans les deux types d’établissements, ces trois pathologies les plus fréquentes en tant que diagnostic principal sont responsables d’un peu plus de la moitié des séjours. Les différences entre les HP et les SPHG dans le top 10 des pathologies les plus fréquentes peuvent s’expliquer en partie par le fait que les séjours en SPHG sont souvent plutôt de plus courte durée que ceux en HP. Il se peut également qu’un patient admis tout d’abord en SPHG soit ensuite transféré dans un HP pour poursuivre son traitement.
Il existe une nette différence entre les pathologies qui touchent les enfants et adolescents (0-17 ans) et celles présentes chez les adultes et personnes âgées. Chez les enfants et les adolescents, les trois principaux diagnostics les plus fréquents en cas d’admission en SPHG sont les suivants : troubles de l’adaptation (22,7 %), troubles autistiques (14,6 %) et déficit de l’attention et/ou du comportement (11,15 %). Dans les HP, ces diagnostics sont liés aux troubles de l’adaptation (15,74 %), troubles dépressifs (14,48 %) et troubles autistiques (13,63 %). Il faut toutefois tenir compte du fait que dans cette catégorie d’âge, il peut y avoir de grandes différences entre les pathologies chez les très jeunes enfants (nourrissons), les enfants et les adolescents. Chez les adultes (18-64 ans) et les personnes âgées (65+), l’abus d’alcool et la dépression se retrouvent en première et deuxième position dans les diagnostics principaux les plus fréquents. On constate que les problèmes liés à la dépression sont plus souvent fréquents chez les personnes âgées (34,97 % en SPHG et 23 % en HP) que chez les adultes (25,81 % en SPHG et 18,43 % en HP).
Si l’on compare les pathologies les plus fréquentes chez les hommes et chez les femmes, nous constatons que l’abus d’alcool est plus souvent diagnostiqué chez les hommes (24,53 % en SPHG et 20,21 % en HP) que chez les femmes (12,58 % en SPHG et 12,66 % en HP). En revanche, la dépression est plus souvent diagnostiquée chez les femmes (30,89 % en SPHG et 20,14 % en HP) que chez les hommes (19,61 % en SPHG et 9,24 % en HP).

Enfin, certaines différences régionales peuvent être observées dans ce rapport. À cet égard, il faut tenir compte du fait que les réseaux peuvent être très différents pour des raisons historiques : D’une part dans la taille du réseau en terme de superficie et du nombre d’habitants, et d’autre part dans l’offre de soins, ceci en ce qui concerne à la fois la quantité et la nature des soins proposés.


* Lors de l’interprétation des chiffres, il faut tenir compte du fait que ce rapport a pris en considération uniquement le trouble clinique le plus important qui a été enregistré sur l’axe 1. Dans le cadre d’une admission en psychiatrie, il est toutefois rare de poser un seul diagnostic. Souvent, plusieurs problèmes sont constatés chez un même patient. Il faut également tenir compte du fait que dans ce rapport, aucune distinction n’a été faite quant à la prévalence des différentes pathologies dans les divers services psychiatriques. Ainsi, les pathologies dans un service de psychiatrie aiguë (service A) différeront de celles dans un service de maladies chroniques (service T).

Contact information

SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement
Direction Générale des Soins de Santé
Service Data et Information Stratégique

info.rpmpg@health.fgov.be