Retour à Professions paramédicales

La profession d'hygiéniste bucco-dentaire est une nouvelle profession des soins de santé en Belgique dont le but est d'améliorer l'accès à des soins bucco-dentaires préventifs de qualité. Jusqu'à présent, le dentiste ne pouvait déléguer aucun acte accompli dans la bouche du patient. L'exercice de la profession d'hygiéniste bucco-dentaire comprend des prestations autonomes, des prestations techniques sur prescription et des actes confiés à l'hygiéniste bucco-dentaire par le dentiste (ou le médecin). Désormais, les hygiénistes bucco-dentaires peuvent assister les dentistes et les médecins dans la promotion de la santé buccale de la population belge.

L'hygiéniste bucco-dentaire travaille en étroite collaboration avec des dentistes, des dentistes spécialistes et des médecins spécialistes en stomatologie (et chirurgie orale et maxillo-faciale). L'hygiéniste peut travailler notamment dans la première ligne de soins, dans un cabinet de dentiste, mais aussi dans les hôpitaux, les centres d'hébergement et de soins, les maisons de repos et de soins, les institutions pour personnes handicapées, les établissements de soins de santé mentale,…

Vous trouverez ci-dessous les questions les plus fréquemment posées :

Que fait l'hygiéniste bucco-dentaire ?
L’hygiéniste bucco-dentaire effectue des actes essentiellement préventifs, à savoir des actes dans la bouche du patient destinés à prévenir les pathologies et, le cas échéant, à les guérir ainsi qu’à préserver ou à optimiser la santé buccale. L'hygiéniste bucco-dentaire travaille en étroite collaboration avec des dentistes, des dentistes spécialistes et des médecins spécialistes en stomatologie (et chirurgie orale et maxillo-faciale).

Quelle est la réglementation de la profession en Belgique ?
La loi définit (AR du 28/03/18) :

  • les conditions de qualification minimales auxquelles il faut répondre pour pouvoir exercer la profession d'hygiéniste bucco-dentaire
  • les prestations techniques que l'hygiéniste bucco-dentaire peut accomplir de manière autonome dans le cadre de l'execution de mesures de médecine préventive
  • les prestations techniques que l'hygiéniste bucco-dentaire peut poser s'il y a une prescription d'un dentiste ou d'un médecin spécialiste
  • les actes qui peuvent être confiés à l'hygiéniste bucco-dentaire par le dentiste ou par le médecin spécialiste sous sa responsabilité et son contrôle.

Quelle est la formation à suivre ?
Actuellement, la formation d'hygiéniste bucco-dentaire est seulement organisée en Flandre. Si vous souhaitez obtenir des renseignements sur l’organisation de la formation en Communauté française, formez le numéro d’appel gratuit 0800 20 000.
- La communauté française est l’autorité compétente pour organiser la formation d’hygiéniste bucco-dentaire.
- Le Gouvernement fédéral est compétent pour définir les conditions de qualification minimales pour l'exercice des professions des soins de santé. L’article 4 de l’arrêté royal du 28 mars 2018 énonce le programme d’études minimal qui doit être suivi à savoir la formation théorique, la formation pratique et les exigences de stage. 
Avec un diplôme d'une formation qui correspond aux conditions de qualification minimales, vous êtes admissible à un agrément et un visa.

Quelle est l'origine de cette profession ?
En 2013, le Conseil fédéral de l'art dentaire a conseillé à la ministre de la Santé publique la création d'une nouvelle profession pour les assister dans le domaine des soins bucco-dentaires afin de continuer à répondre à l'évolution des besoins de soins et de pouvoir ainsi déléguer certaines tâches.

En vue de la création d'une nouvelle profession d'appui dans les soins bucco-dentaires, la ministre de la Santé publique, madame Maggie De Block, a pris deux initiatives législatives :

  • par l'arrêté royal du 20 février 2017 modifiant la liste des professions paramédicales, les "soins bucco-dentaires" ont été ajoutés à la liste des professions paramédicales ;
  • par la loi du 11 août 2017 portant des dispositions diverses en matière de santé, la possibilité a été créée pour un dentiste de déléguer des actes relatifs à l'art dentaire à des professions paramédicales et à des praticiens de l'art infirmier.

La ministre a ensuite recueilli les avis du Conseil fédéral des professions paramédicales et de la Commission technique des professions paramédicales pour déterminer le titre professionnel, les critères d'agrément et les actes de la profession paramédicale des "soins bucco-dentaires". Ces avis ont servi de base à l'arrêté royal du 28/03/18 relatif à la profession d'hygiéniste bucco-dentaire. Les avis des différents organes consultatifs sont disponibles sur le site des organes d'avis et de concertation relatifs à la santé du SPF SPSCAE.

Qui est autorisé à exercer la profession ?
Pour être autorisé à exercer la profession d'hygiéniste bucco-dentaire, il faut posséder un diplôme répondant aux exigences de qualification énoncées dans l'arrêté royal du 28/03/18 et en outre disposer d'un agrément et d'un visa.
Des arrêtés royaux doivent encore être pris pour lancer la procédure d'agrément pour la profession d'hygiéniste bucco-dentaire. Dès que la procédure d'agrément aura été lancée, il sera possible d'introduire une demande d'agrément.

Peut-on exercer la profession avec un diplôme étranger ?
Si vous souhaitez exercer la profession d'hygiéniste bucco-dentaire en Belgique avec un diplôme étranger, vous devez disposer d'un agrément ou d'une équivalence de votre diplôme étranger ainsi que d'un visa.
Vous ne pourrez introduire une demande que lorsque la procédure d'agrément pour ces praticiens aura été lancée.

Contact information

Contact center: 02/524 97 97