Le technologue de laboratoire médical est un praticien d'une profession paramédicale qui assure la mise au point et l'exécution d'examens de laboratoire in vitro sur des échantillons d'origine humaine (tels que sang, urine...).

Le technologue de laboratoire médical assure le bon fonctionnement du matériel d'analyse et veille à l'exactitude des données médicales. Il contribue ainsi à un diagnostic précis. 

En 2019, la profession s’est modernisée afin de répondre aux évolutions sur le terrain.

Vous trouverez ci-dessous des questions fréquemment posées :

  • Que fait un technologue de laboratoire médical ?

Le technologue de laboratoire médical effectue des tests de laboratoire et prélève des échantillons sur lesquels ces examens sont effectués. Le technologue peut également effectuer certains tests fonctionnels et certains actes directement sur le patient, comme l'administration de produits radioactifs et le placement d'un cathéter veineux périphérique en vue d’un échantillonnage. 

Les actes que le technologue de laboratoire médical peut poser dans le domaine des soins de santé, il les pose toujours sur instruction d'un médecin ou d'un pharmacien spécialiste en biologie clinique. 

Le technologue de laboratoire médical travaille habituellement dans un laboratoire, dans divers domaines tels que la chimie clinique, l'hématologie, l'immunologie, la microbiologie, l'anatomo-pathologie, la génétique, la biologie moléculaire et la recherche sur les matériaux du corps humain.  

Au laboratoire, le technologue participe activement au déploiement du système de qualité. 

Le technologue peut également effectuer des tâches dans d'autres services de l'hôpital, comme la validation et l'évaluation des tests qui ont lieu à proximité du lit du patient, mais qui relèvent de la responsabilité du laboratoire (tests point of care). 

Top

  • Quelle formation faut-il suivre pour pouvoir exercer la profession ? 

Le technologue de laboratoire médical doit être titulaire d'un diplôme d'une formation de l'enseignement supérieur d'au moins 180 crédits ECTS et dont le programme de formation répond aux exigences énumérées à l'article 4 de l'arrêté royal du 17 janvier 2019

Dans cet arrêté royal quelques modifications ont été apportées par rapport à l’arrêté royal du 1993. Les établissements de formation qui souhaitent que leurs diplômés entrent en ligne de compte pour un agrément de technologue de laboratoire médical, devront adapter leur formation en conséquence.  

Si vous répondez aux conditions de qualification minimales, vous êtes admissible à un agrément et un visa en tant que technologue de laboratoire médical. Il est possible que vous soyez admissible à un agrément et un visa avec un diplôme autre que celui de “bachelier technologue de laboratoire médical”. 
Après avoir reçu votre agrément et votre visa, vous devez entretenir et mettre à jour vos connaissances et compétences professionnelles par une formation permanente d'au moins 15 heures par an.

Le gouvernement fédéral est compétent pour définir les conditions de qualification minimales pour l'exercice des professions de santé. Les Communautés sont compétentes pour l'interprétation de ces conditions de qualification et de l'organisation de l'enseignement. Vous trouverez plus d'informations sur leur site web : 

Top

  • Où trouver la liste des personnes autorisées à exercer la profession ?

Vous pouvez trouver ici la liste des détenteurs d’un visa leur permettant d’exercer (une partie de) la profession de technologue de laboratoire médical.

Les personnes marquées d’un astérisque (*) sont celles qui bénéficient d’une dérogation. Elles ont un visa limité qui ne leur permet d’accomplir que l’une ou plusieurs prestations et/ou actes relevant de la profession de technologue de laboratoire médical. Pour savoir de quelles prestations ou actes il s’agit, renseignez-vous auprès du praticien concerné.

Top

  • Comment obtenir un visa pour pouvoir exercer la profession ? 

Après avoir reçu un agrément ou une dérogation de l'une des Communautés, vous recevrez automatiquement votre visa du SPF Santé publique. Vous n'avez donc pas de démarches à entreprendre vers nous : c'est la Communauté concernée qui assure le suivi de votre dossier.  

Vous avez désormais accès à votre visa sur notre portail de téléchargement dès qu’il vous a été attribué. Vous pouvez alors le télécharger à tout moment avec votre carte d’identité électronique (eID) ou l’application « Itsme ».

Si vous avez obtenu votre diplôme à l’étranger, vous devez par contre demander un visa pour pouvoir travailler en Belgique. Suivez ensuite cette procédure

Top

  • Comment demander un agrément ou une dérogation ? 

Les Communautés octroient les agréments et les dérogations: 

Attention : les demandes de dérogation pour la profession de technologue de laboratoire médicale peuvent être introduites jusqu'au 31 août 2019 au plus tard. 
Exception : les demandes de dérogation, prévues par les mesures transitoires de l'arrêté royal du 17 janvier 2019, peuvent encore être introduites jusqu'au 22 février 2026.

Top

  • Pouvez-vous travailler en Belgique en tant que technologue de laboratoire médical avec un diplôme étranger ? 

Si vous souhaitez exercer la profession de technologue de laboratoire médical en Belgique avec un diplôme étranger, vous devez disposer d’un visa et d’un agrément ou d’une équivalence de votre diplôme étranger. 

Pour faire une demande, suivez cette procédure.

Top

  • Quelle est la réglementation de la profession en Belgique ?

Le chapitre 7 de la Loi coordonnée du 10 mai 2015 relative à l'exercice des professions des soins de santé définit les règles de base sur l’exercice des professions paramédicales. 

L’AR du 2 juillet 2009 définit que l’exercice de la « technologie de laboratoire médical »  est une profession paramédicale. 

L’AR du 17 janvier 2019 précise : 

  • Le titre professionnel de  « technologue de laboratoire médical ».
  • Les conditions de qualification minimales auxquelles il faut répondre pour pouvoir exercer la profession de technologue de laboratoire médical. 
  • Les actes qui peuvent être confiés à un technologue de laboratoire médical.

Top

  • Qu'est-ce qui a changé à la profession en 2019 ? 

Le 12 février 2019 un nouvel arrêté royal relatif à la profession de technologue de laboratoire médical a été publié. Par rapport à l'arrêté royal du 2 juin 1993, des modifications ont été apportées tant aux compétences de la profession qu'aux  conditions de qualification minimales pour l'exercer. Des mesures transitoires sont également prévues.  

Les principales modifications apportées aux compétences sont les suivantes : 

  • Les examens en laboratoire que le technologue de laboratoire médical peut effectuer par délégation d'un médecin ou d'un pharmacien spécialiste en biologie clinique peuvent désormais également être effectués dans les domaines de la biologie moléculaire ou de la recherche sur le matériel corporel humain (cellules, tissus et organes). 
  • Par délégation d'un médecin, le technologue peut préparer et manipuler du matériel corporel humain à des fins thérapeutiques. 
  • Outre leur exécution et leur mise au point, la préparation des analyses de laboratoire sur des échantillons d'origine humaine relève désormais clairement de la compétence du technologue de laboratoire médical.  
  • Le prélèvement d’échantillons sanguins par ponction veineuse peut également être confié au technologue par un pharmacien spécialiste en biologie clinique, s'il est autorisé à effectuer lui-même un prélèvement sanguin. 
  • Le technologue peut, par délégation du médecin, prélever des échantillons sanguins d'un cathéter veineux présent et placer un cathéter veineux périphérique.  

Les principales modifications apportées aux conditions de qualification minimales sont les suivantes : 

  • Les conditions en matière de formation théorique et pratique ont été adaptées aux nouvelles compétences et ont été modernisées. 
  • Les étudiants peuvent faire un stage dans tous les domaines qui relèvent des nouvelles compétences du technologue de laboratoire médical, et le stage peut se dérouler en partie dans le cadre d’une recherche scientifique. 
  • Le nombre d'heures de formation continue que le technologue doit suivre est fixé à un minimum de 15 heures par année. 

Enfin, deux mesures transitoires sont introduites : 

  • Les personnes qui ont commencé leur formation de technologue de laboratoire médical au plus tard en 2019 ne sont pas tenues de suivre une formation complémentaire si leur formation satisfait aux conditions de qualification prévues par l'arrêté royal du 2 juin 1993. Ils seront assimilés aux personnes qui répondent aux nouvelles conditions de qualification.  
  • Les personnes qui, au moins trois ans avant l'entrée en vigueur du nouvel arrêté royal, ont exécuté certains actes qui ont été ajoutés aux compétences du technologue de laboratoire médical, ont la possibilité de demander une dérogation. Avec cette dérogation, ils peuvent continuer à exécuter ces actes dans les mêmes conditions que le technologue de laboratoire médical. 
    Il s'agit des actes suivants :  
    • Analyses de laboratoire : la préparation, l’exécution et la mise au point d'analyses in vitro sur des échantillons d'origine humaine : 
      • a) analyses de biologie moléculaire ; 
      • b) analyses de matériel corporel humain ; 
    • Préparation et manipulation de matériaux biologiques utilisés à des fins thérapeutiques.

En conséquence de ce nouvel arrêté royal, les personnes bénéficiant d'un agrément provisoire peuvent demander leur agrément définitif aussi bien sur la base des "anciennes" conditions de qualification de l'arrêté royal du 2 juin 1993 que des "nouvelles" conditions de qualification prévues par l'arrêté royal du 17 janvier 2019.

Top

  • Où trouver les statistiques concernant le nombre de technologues de laboratoire médical en Belgique ?

Dans les Statistiques annuelles 2018 vous trouverez les chiffres les plus récents relatifs au nombre global de technologues de laboratoire médical agréés.

Vous trouverez plus d’informations à propos de la collecte, de l’analyse et du traitement des données relatives au nombre de praticiens des professions des soins de santé en consultant la page “statistiques et planification.” 

Top

  • Où trouver les avis donnés sur cette profession ?

Vous pouvez consulter les avis récents des différents organes d'avis du SPF Santé publique sur le site web des organes d'avis et de concertation relatifs à la santé.

Top

  • Avez-vous d’autres questions ?

Vous trouverez un complément d’information sur la page générale sur les professions paramédicales. Si vous n’y trouvez pas la réponse à votre question, vous pouvez prendre contact avec le Contact Center

Top

Contact information

Contact center: 02/524 97 97